Connexion
Français English

LA FERME DES QUATRE SABOTS

Maraîchage en traction animale

A quoi va servir mon zeste ?

1 500 €

Parer au plus urgent !

Des nouveaux colliers de traction pour les chevaux

5 500 €

De quoi commencer une bonne année !

Le strict minimum: matériel d'irrigation, clôtures, remorque et autre matériel de stand pour le marché.

7 500 €

Du confort de travail en plus !

Des outils de travail du sol et de binage de précision pour la Kassine (voire plus bas) et un semoir de précision

15 000 €

Un bâtiment fonctionnel

Creusement d'une cave pour conserver les légumes + bardage et finitions du hangar

  • Pictures 1484212961
  • Pictures 1484323070
  • Pictures 1484323079
  • Pictures 1484323080
  • Pictures 1484323082
  • Pictures 1484323093
  • Pictures 1484323096
  • Pictures 1484323098
  • Pictures 1484323099
  • Pictures 1484323101
  • Pictures 1484323105
  • Pictures 1484323106
  • Pictures 1484323110
  • Pictures 1484323111
  • Pictures 1484323115
  • Pictures 1484323531
  • Pictures 1484564782

Le projet

Nous voici en Ariège aux pieds des Pyrénées dans le village de Daumazan-sur-Arize. Sur notre ferme de 7 hectares, créée au printemps dernier, nos 2 chevaux de trait de race Castillonnaise, Bali et Cobalt, s'affairent au travaux d'hiver en vue de préparer la saison à venir.

Après une première saison encourageante, nous envoyons plein pot - ou devrais-je dire plein sabot - cette année avec en perspective 3000 m² de maraîchage diversifié.

Enfin chez nous

Les terres nous appartiennent enfin depuis le 23 décembre 2016. Le paysan qui nous les a vendu a eu la gentillesse de nous laisser commencer à exploiter avant l'achat le temps que les rouages de l'administration se mettent en route. Nous sommes maintenant les heureux gardiens d'une terre fertile et prometteuse qui sera la fondation de notre métier et projet de vie.

Cela étant dit, nous avons maintenant un capital restreint pour continuer a développer notre activité. C'est pourquoi nous lançons cette campagne.

Notre expérience du métier

Cela fait maintenant de nombreuses années que nous avons les mains dans la terre et avons acquis beaucoup d’expérience par le biais de salariat et formations dans les domaines de l’agriculture biologique, la biodynamie et principalement le maraîchage.

Néanmoins une chose nouvelle et pas des moindres de ces deux dernières années a été la prise en main du cheval de trait. Une formation longue et approfondie a été nécessaire pour nous donner les clefs et la confiance de pouvoir travailler aux côtés de cet animal fascinant et avec son caractère bien a lui!

Nous sommes maintenant convaincus d’avoir trouvé notre voie en accord avec notre éthique nous permettant de vivre de notre métier.

Des choix éthiques pour une agriculture respectueuse de l'environnement

  1. Plus de maltraitance de la terre avec des machines lourdes à la puissance disproportionnée. Mais attention, travailler avec une puissance limitée implique une forte rigueur et des choix techniques adaptés.
  2. L’utilisation de fumier animal dont nous connaissons la provenance, les éleveurs et leurs pratiques.

  3. L’utilisation de semences paysannes et de variétés dites «population» dont nous pouvons récolter la semence année après année (au contraire des semences hybrides qui ne reproduisent pas de semence viable et sont bien souvent des OGM sous-couvert).

  4. Nou faisons très attention aux intrants de l'exploitation d’origine non-renouvelable: nous n'utilisons pas de paillages plastiques et limitons notre utilisation de tourbe et d'énergies fossiles. Un idéal bien difficile à atteindre dans la société d’aujourd’hui mais de nouvelles options fleurissent régulièrement.

Une entreprise familiale

(dans l'ordre) Oak Tibo Olive Helen

Nos enfants, depuis leur naissance, on toujours vécu sur des fermes. Il y ont développé une passion pour la nature et la vie en extérieure. C’est un cadre de vie qui nous aussi nous est chère et que nous souhaitons vraiment continuer à leur offrir.

De plus, nous pensons qu’il est important pour leur développement personnel d’avoir l’opportunité d’observer et de participer, si le cœur leur en dit, aux activités de la ferme et au métier de leur parents. Par exemple ramasser les piérides du choux peut s’avérer un jeu passionnant! Même si cela se transforme souvent en élevage de chenilles, ce qui est relativement contre-productif à notre activité… Ma mère me disait «Tu sais quand tu as des enfants il faut savoir mettre de l’eau dans ton vin.»

Besoin d'équipement

Nous avons eu la chance de pouvoir récupérer différents équipements anciens ou d’occasion qui nous on permis de travailler jusqu’à maintenant.

Les colliers que nous utilisons actuellement

Notamment nous nous sommes fait prêter 2 colliers anciens pour les chevaux mais celui de Bali est a peine trop petit et celui de Cobalt est sérieusement en fin de vie. Les chevaux ne se sont pas encore plaints mais nous souhaitons vraiment les équiper avec de nouveaux colliers amish pour la saison à venir.

"Un bon collier c’est comme une bonne paire de chaussures, c’est essentiel que ça soit confortable et à la bonne taille sinon ça fait mal!"

 

 

Notre Kassine actuelleNous avons aussi acheté une Kassine d’occasion.

Fabriqué par les ateliers PROMMATA en Ariège, c’est un porte-outil très polyvalent mais il nous manque encore des éléments qui nous permettraient d'accomplir toutes sortes de travaux de sol ainsi que des binages de précision grâce aux fameux doigts KRESS. Fini la binette et le désherbage manuel, c’est le cheval qui fait tout en un passage! (à condition de passer au bon moment bien-sûr). Plus d'infos sur la Kassine ici Vidéo combinaison d'outils sur Kassine

Et encore bien d’autres équipements sont à acquérir (voir liste et détails plus bas) afin d’atteindre un certain confort de travail nous permettant d’être viable financièrement sans nous épuiser à la tâche.

Le porteur de projet

TiBo

J'ai quitté le foyer de mes parents à 19 ans avec un besoin de découvrir le monde. Après un peu d'humanitaire en Asie du sud-est, mes voyages m'ont amené jusqu'en Australie. Là-bas, je me suis découvert une passion pour la chocolaterie et c'est dans ce domaine que j'y ai créé ma première entreprise. Soucieux de la provenance et de l'aspect environnemental et social de mes ingrédients j'ai commencé à m'intéresser de près à l'agriculture. Je suis donc allé en Nouvelle-Zélande suivre une formation en agriculture biologique et bio-dynamique. Depuis le moment où j'ai mis les mains dans la terre pour la première fois, je savais que c'est là qu'était mon destin. C'est aussi en Nouvelle-Zélande que Helen et moi nous sommes rencontrés. Quand Helen est tombée enceinte de notre fils, nous avons décidé de venir vivre en Angleterre (pays d'origine d'Helen). Je cherchais un emploi à plein temps afin de soutenir ma petite famille. Ferme dans mes opinions, j'ai trouvé un emploi dans le domaine qui m'attirait le plus: le maraîchage biologique. J'ai travaillé 3 ans pour un maraîcher en bio-dynamie dans le sud de l'Angleterre, un homme rigoureux et passionné chez qui j'ai acquis une très grande connaissance et expérience du métier. Nous parlions depuis longtemps de venir nous installer dans le sud de la France et c'est en mars 2015, 1 an après la naissance de notre fille, que nous avons fait ce grand bond ! En arrivant nous avons d'abbord travaillé avec un couple de paysans qui font du maraîchage, des céréales et leur foin tout en traction animale. Ce fût un choc pour moi qui pensait enfin avoir maîtrisé la conduite du tracteur de toutes les tailles et de toutes les formes. Mais après avoir travaillé aux côtés des chevaux et de gents vraiment passionnés, j'ai vraiment été convaincu par l'éfficacité et le plaisir de la traction animale. Nous avons ensuite commencé nos recherches puis trouvé notre propre lopin de terre non-loin de là et nous voilà aujourd'hui à La Ferme des 4 Sabots!


Helen

J’ai toujours aimé la bonne nourriture, la cuisiner et en particulier la manger! J’ai grandi en Angleterre où j’ai fait des études d’hôtellerie et restauration, ce qui ma donné une compétence qui m'a permis de travailler n’importe où dans le monde. Je suis donc allé voyager pendant de nombreuses années à travailler, explorer, et déguster sur mon chemin. Pendant mes voyages, j’ai découvert l’agriculture biologique, à laquelle je me suis rapidement convertie, pas seulement pour la planète, mais aussi pour ma santé et surtout pour le goût. Les légumes bio de saison sont vraiment délicieux! La naissance de nos deux enfants n’a fait que renforcer mes convictions, je savais que je voulais leur apporter une nourriture saine, et un style de vie où ils peuvent grandir proche de la terre et de la nourriture qu’ils mangent. J’ai de la chance d’avoir Tibo, un maraîcher passionné, à mes côtés afin qu’ensemble nous puissions réaliser notre rêve. Comme j’aime cuisiner, je me suis mise à mon compte. Je confectionne des gâteaux et des tartes et je fournis, entre autres, un café pas loin de chez nous dans la ville de Foix. Cela me donne une bonne opportunité de transformer les légumes que nous produisons en de délicieuses spécialitées bio. J’ai hâte de pouvoir cuisiner pour nos marchés à venir et d'y vendre nos légumes afin de les partager avec tout le monde.

À quoi servira votre financement ?

  • Nouveaux colliers de traction pour les chevaux : 1.500€
  • Système d'irrigation : 1.500 (cumul 3000€)
  • Clôtures : 1.500€ (cumul 4500€)
  • Outils moderne de traction animale : 1.500€ (cumul 6000€)
  • Remorque et matériel stand marché : 1.000€ (cumul 7000€)
  • Semoir de précision : 500€ (cumul 7500€)
  • Cave + matériaux pour le hangar : 7.500€ (cumul 15000€)

Et si on dépasse?

Des serres!

Nous avons prévu d'installer 2.000m² de serres, soit 4 tunnels. Nous étalerons la construction selon l'argent disponible (1 tunnel par an).

Le total des serres coûtera 20.000€ donc chaque euro de plus que nous collecterons ira vers cet investissement.