Chargement...
182
Contributeurs
10 687 €
Sur 9 000 €

Projet en cours de clôture.

Description

Mutualisons notre petit électroménager dans l'intérêt de l'individu, de la collectivité et de la planète.



Une surproduction de petit électroménager dans l'intérêt de personne

Nous sommes tous équipés de nombreux appareils domestiques dont nous ne nous servons que ponctuellement. Par exemple, l’aspirateur dont un exemplaire est vendu toutes les dix secondes en France mais qui n’est utilisé en moyenne que 45 minutes par semaine. Aujourd’hui, un immeuble de 40 appartements c’est 40 aspirateurs qui passent en moyenne 99% de leur temps dans un placard. Autre exemple, une perceuse qui n’est utilisée en moyenne que 15 minutes dans sa vie.
Cette consommation a un fort impact sur la planète, et donc notre futur, à cause des impacts générés au moment de la production et de la fin de vie de ces appareils, et de l'épuisement des ressources naturelles auquel elle contribue. Pour les collectivités, c'est des déchets à collecter et à traiter avec les coûts associés. Et paradoxalement, de nombreux foyers n’ont pas accès à ces appareils, à fortiori de qualité, par manque de budget et/ou de place.



La mutualisation, une solution gagnant-gagnant

Mutualiser l’utilisation du petit électroménager ferait donc sens pour tous : l’utilisateur, les collectivités et la planète.
Mais pour convaincre une majorité de citoyens de renoncer à la propriété, il faut d’abord leur offrir les mêmes avantages que la propriété : proximité, disponibilité au moment du besoin, bon fonctionnement et autonomie dans l’utilisation. De plus, aujourd'hui, il ne faut pas s’attendre à ce qu’en général un collectif d’habitants soit prêt à gérer un pool d’appareils mutualisés.
A notre avis, c'est seulement en prenant en compte ces enjeux que la majorité des habitants seront prêts à renoncer à la propriété, car ils ne verront plus que les avantages du partage.
Les initiatives de partage ou de location actuelles n’offrent pas ces garanties et à notre sens, c’est pour cela qu'elles ne se démocratisent pas suffisament vite.



La solution imaginée : location via des casiers connectés

Avec LBEC, l'idée c'est de développer un service de location de petits électroménagers stockés dans des casiers connectés installés dans les halls d’entrée des immeubles. On parle d’aspirateur, de fer à repasser, d'appareil à raclette, de mixeur, d'outils de bricolage, de vidéoprojecteur, d'imprimante, etc.
Attention, ce n’est pas du partage, c’est de la location par LBEC qui en assure l’entretien. Et ce n’est pas de la livraison, les appareils sont disponibles 24h/24 7j/7 dans les casiers.
Les habitants accèdent au service à travers une interface numérique qui leur permet notamment de voir la disponibilité des appareils en live, les réserver, payer leur location et recevoir les codes pour ouvrir les casiers. Ce service apportera à l’utilisateur les avantages de la propriété, les avantages du partage et les avantages d’un service géré par un tiers. Et c’est pour cela que nous sommes convaincus qu’il peut pousser beaucoup de personnes à basculer de la propriété vers la mutualisation.



L’ambition : réduire significativement l'empreinte de nos territoires

Le projet est ambitieux car il s’agit vraiment de contribuer à réduire significativement le flux d’appareils entrants et de déchets sortants d’un territoire tout en améliorant les taux de réparation et de recyclage ainsi que la vie de chacun.
Pour cela il s’agira d'équiper le plus grand nombre possible d’immeubles de différents types sur le dit territoire : étudiants, hlm, privés, seniors, etc.
Et nous pensons que c'est possible parce que ce concept allie l’utilité pour l’habitant, un modèle économique viable et une facilité d’essaimage.
On pourrait donc en faire le Velo en libre-service des appareils domestiques. Un service inexistant aujourd'hui, mais qui pourrait devenir la norme dans le Monde d’Après ?



Un premier prototype en place

Actuellement porté par une couveuse d'entreprise nommée Auxime, LBEC a déployé un premier prototype dans une résidence étudiante à Lyon. Nous avons choisi de commencer par les résidences étudiantes car les retours d'interviews (plus de 100) étaient très prometteurs et que la présence d'un gestionnaire facilite le déploiement. De plus, il y a une vraie utilité sociale pour cette population souvent modeste.
Les premiers résultats terrains sont prometteurs avec une quinzaine de comptes crées et une dizaine d'utilisations en deux semaines.



Appareils, durées d'utilisation et coûts de location actuels

En cas de succès de cette phase de test, l'objectif sera de trouver les financements nécessaires à la création de l'activité en fin d'année. Nous estimons que nous devons équiper 25 résidences en 2022 et commencer à trois personnes salariées, soit un investissement initial estimé à 600k€. Pour convaincre les investisseurs, plusieurs actions doivent être menées dans les prochains mois notamment :
* Consolider et exploiter les retours terrains.
* Communiquer sur le concept.
* Prospecter auprès des gestionnaires de résidences.
* Consolider les aspects juridiques et économiques.
* Compléter l'équipe du projet (si vous avez des idées de personnes sur Lyon possiblement intéressées, n'hésitez pas à nous le dire).
Et pour un certain nombre de ces actions, un financement est nécessaire. D'où cette campagne de crowdfunding.


Présentation du porteur du projet

Je m'appelle Yann, jeune franco-anglais de 34 ans né au Niger et ayant grandi en Afrique de l'ouest puis en Dordogne. J'ai ensuite fait mes études supérieures en écoles d'ingénieur agro et environnement à Paris. J'ai eu l'idée de LBEC en 2017 alors que je travaillais chez EDF et j'ai commencé à y travailler concrêtement il y a 18 mois suite à la liquidation de la startup lyonnaise que j'avais rejointe entre temps.
Je suis convaincu du besoin de réduire notre production et consommation de biens si nous voulons vivre de manière décente et paisible à 10 milliards d'êtres humains sur cette planète en 2050. Mais je pense qu'il est aujourd'hui trop tôt pour s'attendre à ce que la majorité d'entre nous accepte cette évolution pour de seules raisons environnementales. De plus, cela nécessitera un changement profond de système socio-économique, la stabilité du système actuel dépendant de ce processus de production/consommation de masse à travers l'emploi généré.
La mutualisation me semble donc être une bonne solution pour réduire notre pression sur l'environnement sans nécessiter de renoncer à l'utilisation. Et en réfléchissant aux secteurs pour lesquels une alternative crédible à la propriété n'existait pas encore, j'en suis venu à penser au petit électroménager.
Une première étape avant d'aller plus loin dans la sobriété dans notre utilisation de ces appareils ?


Utilisation des fonds

L'objectif de cette campagne de crowdfunding est donc de collecter les fonds qui permettront de consolider le dossier avant d'aller voir des investisseurs potentiels. En deux mots, de nous aider à prendre notre envol.


En fonction de votre contribution, les actions suivantes pourront être menées dans les prochains mois :


  • Objectif 1 = 2500€ pour border le cadre juridique et économique de la mise en commun de matériels : prestation de professionnels pour offrir un cadre de prestation serein. A noter que nous disposons d'une subvention publique couvrant déjà 80% du coût de ces études, facturées environ 12 500€.

  • Objectif 2 = 1500€ en plus soit 4000€ en tout pour créer la structure commerciale (probablement une SASU) et quitter le nid douillé de la couveuse Auxime pour se lancer dans l'aventure pour de bon.

  • Objectif 3 = 5000€ en plus soit 9000€ en tout pour lancer une communication large, notamment par la réalisation d'une vidéo de présentation, afin de convaincre nos premiers clients, les résidences étudiantes, et les investisseurs.

Si à travers cette campagne, nous obtenons un budget supérieur à ces 9000 €, l'argent supplémentaire permettra de rémunérer Yann en attendant une éventuelle levée de fond. Cela permettra d'augmenter les chances de succès du projet en nous donnant plus de temps pour mener à bien cette phase cruciale de preuve de concept.

182
Contributeurs
10 687 €
Sur 9 000 €

Projet en cours de clôture.

Chaque euro en plus compte

Aidez Yann en lui permettant de compléter son RSA en attendant les financements espérés en fin d'année !



Pour participer à l’aventure, cliquez sur « Devenir un Bien-faiteur en Commun » ci-dessus et contribuez à la campagne pour le montant de votre choix.
Nous ne proposons pas de goodies (contradictoires avec notre ambition) mais nous avons essayé de trouver des contreparties sympas et nous espérons que vous nous soutiendrez également pour l’impact positif qu’un tel concept pourrait avoir s’il était largement déployé.

Le processus de paiement est sécurisé et on ne vous demande de créer un compte qu'avec votre adresse email pour vous recontacter pour les contreparties (détaillées plus bas).


Dès 5€ :

  • Vous apparaitrez sur le mur des Bien-Faiteurs en Commun sur notre site internet.

Dès 25€ :

  • Ce qui précède.
  • Vous serez invité à la visioconférence de restitution de notre phase de test en fin d’année.
  • Le jour où notre service équipera votre immeuble, un mois d’utilisation vous sera offert.

Dès 50€ :

  • Ce qui précède.
  • Vous serez invité à une visioconférence sur la manière de réduire votre production de déchets organisée par l’association Zéro Déchet Lyon.
  • Le jour où notre service équipera votre immeuble, deux mois d’utilisation vous seront offerts.

Dès 100€ :

  • Ce qui précède.
  • Mécène LBEC : votre nom figurera au générique de la vidéo de présentation et sur les casiers connectés actuellement déployés.
  • Le jour où notre service équipera votre immeuble, quatre mois d’utilisation vous seront offerts.

Dès 150€ :

  • Ce qui précède.
  • Grand mécène LBEC : votre nom figurera sur une plaque que nous disposerons à l’entrée de nos futurs locaux.
  • Le jour où notre service équipera votre immeuble, six mois d’utilisation vous seront offerts.

Devenez Parrain/Marraine d’un appareil :

À la fin de la campagne, les 23 personnes qui y auront le plus contribué seront contactées pour parrainer un des 23 appareils déployés dans le prototype.
Cela consistera à lui donner un nom visible dans l’interface de réservation (rien de grossier ne sera accepté), à apparaître au côté de votre nouveau filleul sur le mur des Bien-Faiteurs en Commun sur le site internet, et à recevoir un suivi mensuel de sa nouvelle vie.
La 23e plus grande contribution sera affichée sur la page de la campagne et mise à jour régulièrement afin que vous sachiez constamment si vous êtes un parrain ou une marraine potentiel. Et oui, vous pourrez participer plusieurs fois pour rester dans les 23 😊.
Dans ce cas, votre contrepartie sera naturellement celle correspondant à l'ensemble de vos contributions.


30/07/2021 - 15:47
Sur le fil...
30/07/2021 - 11:57
Yann, comme dans les bons films nous prenons le train alors qu'il commence à rouler. Nous souhaitons le plein succès à ton projet. Bravo pour ta persévérance. Ne lâche rien. Ne crains pas les ventes contraires. ils changent vite. Véronique et Pascal
30/07/2021 - 08:38
Bonne chance Yann, joli cap déjà franchi avec plus de 100% d'objectif atteint !
29/07/2021 - 17:38
Bon courage et plein de réussite à votre projet
28/07/2021 - 17:47
Très belle initiative. Keep up the good work Simon
29/07/2021 - 16:57
Merci beaucoup Simon. Plus que 24h donc si jamais tu as quelques proches que cela pourrait intéresser, n'hésite pas à leur faire suivre ;-). Merci encore

Description

Mutualisons notre petit électroménager dans l'intérêt de l'individu, de la collectivité et de la planète.



Une surproduction de petit électroménager dans l'intérêt de personne

Nous sommes tous équipés de nombreux appareils domestiques dont nous ne nous servons que ponctuellement. Par exemple, l’aspirateur dont un exemplaire est vendu toutes les dix secondes en France mais qui n’est utilisé en moyenne que 45 minutes par semaine. Aujourd’hui, un immeuble de 40 appartements c’est 40 aspirateurs qui passent en moyenne 99% de leur temps dans un placard. Autre exemple, une perceuse qui n’est utilisée en moyenne que 15 minutes dans sa vie.
Cette consommation a un fort impact sur la planète, et donc notre futur, à cause des impacts générés au moment de la production et de la fin de vie de ces appareils, et de l'épuisement des ressources naturelles auquel elle contribue. Pour les collectivités, c'est des déchets à collecter et à traiter avec les coûts associés. Et paradoxalement, de nombreux foyers n’ont pas accès à ces appareils, à fortiori de qualité, par manque de budget et/ou de place.



La mutualisation, une solution gagnant-gagnant

Mutualiser l’utilisation du petit électroménager ferait donc sens pour tous : l’utilisateur, les collectivités et la planète.
Mais pour convaincre une majorité de citoyens de renoncer à la propriété, il faut d’abord leur offrir les mêmes avantages que la propriété : proximité, disponibilité au moment du besoin, bon fonctionnement et autonomie dans l’utilisation. De plus, aujourd'hui, il ne faut pas s’attendre à ce qu’en général un collectif d’habitants soit prêt à gérer un pool d’appareils mutualisés.
A notre avis, c'est seulement en prenant en compte ces enjeux que la majorité des habitants seront prêts à renoncer à la propriété, car ils ne verront plus que les avantages du partage.
Les initiatives de partage ou de location actuelles n’offrent pas ces garanties et à notre sens, c’est pour cela qu'elles ne se démocratisent pas suffisament vite.



La solution imaginée : location via des casiers connectés

Avec LBEC, l'idée c'est de développer un service de location de petits électroménagers stockés dans des casiers connectés installés dans les halls d’entrée des immeubles. On parle d’aspirateur, de fer à repasser, d'appareil à raclette, de mixeur, d'outils de bricolage, de vidéoprojecteur, d'imprimante, etc.
Attention, ce n’est pas du partage, c’est de la location par LBEC qui en assure l’entretien. Et ce n’est pas de la livraison, les appareils sont disponibles 24h/24 7j/7 dans les casiers.
Les habitants accèdent au service à travers une interface numérique qui leur permet notamment de voir la disponibilité des appareils en live, les réserver, payer leur location et recevoir les codes pour ouvrir les casiers. Ce service apportera à l’utilisateur les avantages de la propriété, les avantages du partage et les avantages d’un service géré par un tiers. Et c’est pour cela que nous sommes convaincus qu’il peut pousser beaucoup de personnes à basculer de la propriété vers la mutualisation.



L’ambition : réduire significativement l'empreinte de nos territoires

Le projet est ambitieux car il s’agit vraiment de contribuer à réduire significativement le flux d’appareils entrants et de déchets sortants d’un territoire tout en améliorant les taux de réparation et de recyclage ainsi que la vie de chacun.
Pour cela il s’agira d'équiper le plus grand nombre possible d’immeubles de différents types sur le dit territoire : étudiants, hlm, privés, seniors, etc.
Et nous pensons que c'est possible parce que ce concept allie l’utilité pour l’habitant, un modèle économique viable et une facilité d’essaimage.
On pourrait donc en faire le Velo en libre-service des appareils domestiques. Un service inexistant aujourd'hui, mais qui pourrait devenir la norme dans le Monde d’Après ?



Un premier prototype en place

Actuellement porté par une couveuse d'entreprise nommée Auxime, LBEC a déployé un premier prototype dans une résidence étudiante à Lyon. Nous avons choisi de commencer par les résidences étudiantes car les retours d'interviews (plus de 100) étaient très prometteurs et que la présence d'un gestionnaire facilite le déploiement. De plus, il y a une vraie utilité sociale pour cette population souvent modeste.
Les premiers résultats terrains sont prometteurs avec une quinzaine de comptes crées et une dizaine d'utilisations en deux semaines.



Appareils, durées d'utilisation et coûts de location actuels

En cas de succès de cette phase de test, l'objectif sera de trouver les financements nécessaires à la création de l'activité en fin d'année. Nous estimons que nous devons équiper 25 résidences en 2022 et commencer à trois personnes salariées, soit un investissement initial estimé à 600k€. Pour convaincre les investisseurs, plusieurs actions doivent être menées dans les prochains mois notamment :
* Consolider et exploiter les retours terrains.
* Communiquer sur le concept.
* Prospecter auprès des gestionnaires de résidences.
* Consolider les aspects juridiques et économiques.
* Compléter l'équipe du projet (si vous avez des idées de personnes sur Lyon possiblement intéressées, n'hésitez pas à nous le dire).
Et pour un certain nombre de ces actions, un financement est nécessaire. D'où cette campagne de crowdfunding.


Présentation du porteur du projet

Je m'appelle Yann, jeune franco-anglais de 34 ans né au Niger et ayant grandi en Afrique de l'ouest puis en Dordogne. J'ai ensuite fait mes études supérieures en écoles d'ingénieur agro et environnement à Paris. J'ai eu l'idée de LBEC en 2017 alors que je travaillais chez EDF et j'ai commencé à y travailler concrêtement il y a 18 mois suite à la liquidation de la startup lyonnaise que j'avais rejointe entre temps.
Je suis convaincu du besoin de réduire notre production et consommation de biens si nous voulons vivre de manière décente et paisible à 10 milliards d'êtres humains sur cette planète en 2050. Mais je pense qu'il est aujourd'hui trop tôt pour s'attendre à ce que la majorité d'entre nous accepte cette évolution pour de seules raisons environnementales. De plus, cela nécessitera un changement profond de système socio-économique, la stabilité du système actuel dépendant de ce processus de production/consommation de masse à travers l'emploi généré.
La mutualisation me semble donc être une bonne solution pour réduire notre pression sur l'environnement sans nécessiter de renoncer à l'utilisation. Et en réfléchissant aux secteurs pour lesquels une alternative crédible à la propriété n'existait pas encore, j'en suis venu à penser au petit électroménager.
Une première étape avant d'aller plus loin dans la sobriété dans notre utilisation de ces appareils ?


Utilisation des fonds

L'objectif de cette campagne de crowdfunding est donc de collecter les fonds qui permettront de consolider le dossier avant d'aller voir des investisseurs potentiels. En deux mots, de nous aider à prendre notre envol.


En fonction de votre contribution, les actions suivantes pourront être menées dans les prochains mois :


  • Objectif 1 = 2500€ pour border le cadre juridique et économique de la mise en commun de matériels : prestation de professionnels pour offrir un cadre de prestation serein. A noter que nous disposons d'une subvention publique couvrant déjà 80% du coût de ces études, facturées environ 12 500€.

  • Objectif 2 = 1500€ en plus soit 4000€ en tout pour créer la structure commerciale (probablement une SASU) et quitter le nid douillé de la couveuse Auxime pour se lancer dans l'aventure pour de bon.

  • Objectif 3 = 5000€ en plus soit 9000€ en tout pour lancer une communication large, notamment par la réalisation d'une vidéo de présentation, afin de convaincre nos premiers clients, les résidences étudiantes, et les investisseurs.

Si à travers cette campagne, nous obtenons un budget supérieur à ces 9000 €, l'argent supplémentaire permettra de rémunérer Yann en attendant une éventuelle levée de fond. Cela permettra d'augmenter les chances de succès du projet en nous donnant plus de temps pour mener à bien cette phase cruciale de preuve de concept.

182
Contributeurs
10 687 €
Sur 9 000 €

Projet en cours de clôture.

Chaque euro en plus compte

Aidez Yann en lui permettant de compléter son RSA en attendant les financements espérés en fin d'année !



Pour participer à l’aventure, cliquez sur « Devenir un Bien-faiteur en Commun » ci-dessus et contribuez à la campagne pour le montant de votre choix.
Nous ne proposons pas de goodies (contradictoires avec notre ambition) mais nous avons essayé de trouver des contreparties sympas et nous espérons que vous nous soutiendrez également pour l’impact positif qu’un tel concept pourrait avoir s’il était largement déployé.

Le processus de paiement est sécurisé et on ne vous demande de créer un compte qu'avec votre adresse email pour vous recontacter pour les contreparties (détaillées plus bas).


Dès 5€ :

  • Vous apparaitrez sur le mur des Bien-Faiteurs en Commun sur notre site internet.

Dès 25€ :

  • Ce qui précède.
  • Vous serez invité à la visioconférence de restitution de notre phase de test en fin d’année.
  • Le jour où notre service équipera votre immeuble, un mois d’utilisation vous sera offert.

Dès 50€ :

  • Ce qui précède.
  • Vous serez invité à une visioconférence sur la manière de réduire votre production de déchets organisée par l’association Zéro Déchet Lyon.
  • Le jour où notre service équipera votre immeuble, deux mois d’utilisation vous seront offerts.

Dès 100€ :

  • Ce qui précède.
  • Mécène LBEC : votre nom figurera au générique de la vidéo de présentation et sur les casiers connectés actuellement déployés.
  • Le jour où notre service équipera votre immeuble, quatre mois d’utilisation vous seront offerts.

Dès 150€ :

  • Ce qui précède.
  • Grand mécène LBEC : votre nom figurera sur une plaque que nous disposerons à l’entrée de nos futurs locaux.
  • Le jour où notre service équipera votre immeuble, six mois d’utilisation vous seront offerts.

Devenez Parrain/Marraine d’un appareil :

À la fin de la campagne, les 23 personnes qui y auront le plus contribué seront contactées pour parrainer un des 23 appareils déployés dans le prototype.
Cela consistera à lui donner un nom visible dans l’interface de réservation (rien de grossier ne sera accepté), à apparaître au côté de votre nouveau filleul sur le mur des Bien-Faiteurs en Commun sur le site internet, et à recevoir un suivi mensuel de sa nouvelle vie.
La 23e plus grande contribution sera affichée sur la page de la campagne et mise à jour régulièrement afin que vous sachiez constamment si vous êtes un parrain ou une marraine potentiel. Et oui, vous pourrez participer plusieurs fois pour rester dans les 23 😊.
Dans ce cas, votre contrepartie sera naturellement celle correspondant à l'ensemble de vos contributions.


30/07/2021 - 15:47
Sur le fil...
30/07/2021 - 11:57
Yann, comme dans les bons films nous prenons le train alors qu'il commence à rouler. Nous souhaitons le plein succès à ton projet. Bravo pour ta persévérance. Ne lâche rien. Ne crains pas les ventes contraires. ils changent vite. Véronique et Pascal
30/07/2021 - 08:38
Bonne chance Yann, joli cap déjà franchi avec plus de 100% d'objectif atteint !
29/07/2021 - 17:38
Bon courage et plein de réussite à votre projet
28/07/2021 - 17:47
Très belle initiative. Keep up the good work Simon
29/07/2021 - 16:57
Merci beaucoup Simon. Plus que 24h donc si jamais tu as quelques proches que cela pourrait intéresser, n'hésite pas à leur faire suivre ;-). Merci encore