Chargement...
24
Contributions
1 415 €
Sur 1 200 €
Terminée

Ce projet a été terminé le 01/06/2017.

Description

Un film documentaire (moyen métrage) sur les fêtes traditionnelles et millénaires des indiens Kogis, au cœur de la Sierra Nevada de Colombie, la plus haute montagne en bord de mer.


Cette fête, de tradition millénaire, revêt à la fois un caractère social, sacré où les danses et les musiques visent à rétablir les équilibres rompus de la nature, et aujourd'hui "thérapeutique post-conflit" où des scènes théâtrales visent à exorciser l'époque de violence qu'a traversée le pays. Ce peuple millénaire se considère comme "gardien de l'équilibre du monde" depuis son territoire d'une extraordinaire biodiversité qu'ils appellent le "cœur du monde". Les kogis fascinent de part leur sagesse millénaire, leur non-violence au milieu de la violence et leur mode de vie cohérent et respectueux de la nature.



Néanmoins, cet aspect de central de leur culture - la fête annuelle du solstice - n'a pas été documenté. Il est pourtant d'un intérêt immense et porteur de message sur les risques de disparition d'une cultures précieuse, l'urgence de retrouver une relation harmonieuse avec la nature, la force des relation sociale, et la résilience pacifique en contexte de guerre. Ce projet a été initié à la demande des Kogis et en partenariat avec deux associations colombiennes (Ñikuma et Seineken). Plus d'information sur notre site et notre blog :www.lasemilla.paris



(*) : Ce titre est aussi inspiré par l'article de la chercheuse Carolina ORTIZ "Les gardiens de l’équilibre du monde. L’identité entre les groupes aborigènes de la Sierra Nevada de Sainte Marte", publié en 2004 dans les cahiers AHLIM de l'Université Paris.


Les porteurs du projet



De gauche à droite : Diana et Juan Pablo de l'association Seineken, Stéphane au milieu et "Jimmy" (son vrai prénom Jaime) le représentant de l'association Ñikuma. La photo est prise dans un petit restaurant à Palomino, pas très loin de Rio Ancho, petite ville côtière d'où nous entamons notre lente montée dans la Sierra.


Après avoir été professeur, ingénieur et cadre dans l'administration française (CNIL) mais aussi de nombreuses années investi dans divers milieux associatifs, j'ai fait le grand saut et ai tout quitté pour lancer le projet LA SEMILLA en Colombie. J'ai créé pour cela une association en France (et récemment en Colombie) et me suis installé il y a un an sur place pour donner vie au projet.


Le slogan de notre association est : Savoirs et Sagesses des peuples premiers : créer un pont par l'éducation et la culture.

Utilisation des fonds

L'essentiel du travail est bénévole et repose sur une collaboration entre trois associations.


Néanmoins, restent à notre charge certains coûts - pour lesquels nous faisons appel à votre soutien :

Premier objectif : 1 200 € pour le tournage

Le tournage nécessitera de pouvoir financer 4 voyages pour quatre ou cinq personnes dans la Sierra Nevada de Santa Marta en Colombie dans les villages kogis de Tungueka, Yinkuamero et Santa Rosa (depuis une base sur place), pour réaliser les prises de vues et de son. Il s'agit donc uniquement de frais de : transports locaux, location de mule et guide, vivres, etc.

Second objectif : 3 800 € pour la réalisation, le montage et la post-production


  • Rémunération de l'association Seineken (travail préalable, prises de vues, et montage) : 2.000 €
  • Rémunération de l'association Ñikuma, notre intermédiaire auprès des indiens, qui a également écrit les grandes lignes du documentaire : 800 €
  • Bénévole "La Sémilla" dédiée à 80% au projet (frais de logement et de visa): 1.000 €

24
Contributions
1 415 €
Sur 1 200 €
Terminée

Ce projet a été terminé le 01/06/2017.

Szkvt1glug47qu6frbil
Pour 20 € et plus

6 soutiens

Extraits vidéos et photos en avant-première

Les donateurs contribuant à partir de 20 € recevront des extraits vidéos et photos en avant-première, via un lien Internet.

Fdthhcrz1bjxzh3d4g9i
Pour 100 € et plus

3 soutiens

Tee-shirt "La Semilla"

Les donateurs contribuant pour un montant supérieur ou égal à 100 € recevront un Tee-shirt de "La Semilla".

Modèles homme ou femme, taille S, L, ou XL, en francais ou en espagnol

Fdsmnatuwbhjk0m82tdw
Pour 200 € et plus

0 soutien

Sac kogi : tisser la pensée

Les contributeurs ayant effectué des dons à partir de 200 € recevront un sac tissé à la main par les indiens kogis. Ces sacs en coton ou en "fique" (plante native) représentent de deux semaines à un mois de travail. Tissés par les femmes, ils représentent avant tout un travail "spirituel", la personne qui le réalise s'attachant à garder une concentration et à prendre soin de ses pensées pendant l'ouvrage. Ce sont des sacs "sans coutures", le fil partant d'un point central qui symbolise l'origine et se déroulant ensuite en spirale.

Si en Colombie et en particulier à Santa Marta, il est assez facile d'acheter des sacs tissés par les indiens wayus et arhuacos, les sacs kogis sont quasiment introuvables. Nous les obtenons par le troc, directement auprès des kogis que nous visitons. Cha

15 contributeurs n'ont pas choisi de contrepartie.

Description

Un film documentaire (moyen métrage) sur les fêtes traditionnelles et millénaires des indiens Kogis, au cœur de la Sierra Nevada de Colombie, la plus haute montagne en bord de mer.


Cette fête, de tradition millénaire, revêt à la fois un caractère social, sacré où les danses et les musiques visent à rétablir les équilibres rompus de la nature, et aujourd'hui "thérapeutique post-conflit" où des scènes théâtrales visent à exorciser l'époque de violence qu'a traversée le pays. Ce peuple millénaire se considère comme "gardien de l'équilibre du monde" depuis son territoire d'une extraordinaire biodiversité qu'ils appellent le "cœur du monde". Les kogis fascinent de part leur sagesse millénaire, leur non-violence au milieu de la violence et leur mode de vie cohérent et respectueux de la nature.



Néanmoins, cet aspect de central de leur culture - la fête annuelle du solstice - n'a pas été documenté. Il est pourtant d'un intérêt immense et porteur de message sur les risques de disparition d'une cultures précieuse, l'urgence de retrouver une relation harmonieuse avec la nature, la force des relation sociale, et la résilience pacifique en contexte de guerre. Ce projet a été initié à la demande des Kogis et en partenariat avec deux associations colombiennes (Ñikuma et Seineken). Plus d'information sur notre site et notre blog :www.lasemilla.paris



(*) : Ce titre est aussi inspiré par l'article de la chercheuse Carolina ORTIZ "Les gardiens de l’équilibre du monde. L’identité entre les groupes aborigènes de la Sierra Nevada de Sainte Marte", publié en 2004 dans les cahiers AHLIM de l'Université Paris.


Les porteurs du projet



De gauche à droite : Diana et Juan Pablo de l'association Seineken, Stéphane au milieu et "Jimmy" (son vrai prénom Jaime) le représentant de l'association Ñikuma. La photo est prise dans un petit restaurant à Palomino, pas très loin de Rio Ancho, petite ville côtière d'où nous entamons notre lente montée dans la Sierra.


Après avoir été professeur, ingénieur et cadre dans l'administration française (CNIL) mais aussi de nombreuses années investi dans divers milieux associatifs, j'ai fait le grand saut et ai tout quitté pour lancer le projet LA SEMILLA en Colombie. J'ai créé pour cela une association en France (et récemment en Colombie) et me suis installé il y a un an sur place pour donner vie au projet.


Le slogan de notre association est : Savoirs et Sagesses des peuples premiers : créer un pont par l'éducation et la culture.

Utilisation des fonds

L'essentiel du travail est bénévole et repose sur une collaboration entre trois associations.


Néanmoins, restent à notre charge certains coûts - pour lesquels nous faisons appel à votre soutien :

Premier objectif : 1 200 € pour le tournage

Le tournage nécessitera de pouvoir financer 4 voyages pour quatre ou cinq personnes dans la Sierra Nevada de Santa Marta en Colombie dans les villages kogis de Tungueka, Yinkuamero et Santa Rosa (depuis une base sur place), pour réaliser les prises de vues et de son. Il s'agit donc uniquement de frais de : transports locaux, location de mule et guide, vivres, etc.

Second objectif : 3 800 € pour la réalisation, le montage et la post-production


  • Rémunération de l'association Seineken (travail préalable, prises de vues, et montage) : 2.000 €
  • Rémunération de l'association Ñikuma, notre intermédiaire auprès des indiens, qui a également écrit les grandes lignes du documentaire : 800 €
  • Bénévole "La Sémilla" dédiée à 80% au projet (frais de logement et de visa): 1.000 €

24
Contributions
1 415 €
Sur 1 200 €
Terminée

Ce projet a été terminé le 01/06/2017.

Szkvt1glug47qu6frbil
Pour 20 € et plus

6 soutiens

Extraits vidéos et photos en avant-première

Les donateurs contribuant à partir de 20 € recevront des extraits vidéos et photos en avant-première, via un lien Internet.

Fdthhcrz1bjxzh3d4g9i
Pour 100 € et plus

3 soutiens

Tee-shirt "La Semilla"

Les donateurs contribuant pour un montant supérieur ou égal à 100 € recevront un Tee-shirt de "La Semilla".

Modèles homme ou femme, taille S, L, ou XL, en francais ou en espagnol

Fdsmnatuwbhjk0m82tdw
Pour 200 € et plus

0 soutien

Sac kogi : tisser la pensée

Les contributeurs ayant effectué des dons à partir de 200 € recevront un sac tissé à la main par les indiens kogis. Ces sacs en coton ou en "fique" (plante native) représentent de deux semaines à un mois de travail. Tissés par les femmes, ils représentent avant tout un travail "spirituel", la personne qui le réalise s'attachant à garder une concentration et à prendre soin de ses pensées pendant l'ouvrage. Ce sont des sacs "sans coutures", le fil partant d'un point central qui symbolise l'origine et se déroulant ensuite en spirale.

Si en Colombie et en particulier à Santa Marta, il est assez facile d'acheter des sacs tissés par les indiens wayus et arhuacos, les sacs kogis sont quasiment introuvables. Nous les obtenons par le troc, directement auprès des kogis que nous visitons. Cha

15 contributeurs n'ont pas choisi de contrepartie.